banniere

 

Bref apercu historique du Saint-Bernard

L’hospice au sommet du col du Grand-Saint-Bernard à 2469m d’altitude a été fondé au XIe siècle pour offrir un refuge aux voyageurs et pélerins. Dès le milieu du XVIIe siècle, les moines s’entourèrent de grands chiens de type montagne destinés à la garde et à la défense. La présence de ces chiens à l’hospice du Grand-Saint-Bernard est attestée par des documents iconographiques datant de 1695 et par une note dans les actes de l’hospice de l’an 1707.

Bientôt ces chiens furent utilisés pour accompagner les voyageurs et surtout pour retrouver et sauver ceux qui s’étaient égarés dans la neige et le brouillard. Les chroniques publiées dans de nombreuses langues sur la manière dont ces chiens avaient sauvé un grand nombre de vies humaines de la mort blanche, et les récits des soldats qui, en 1800, franchirent le col avec l’armée de Bonaparte répandirent au XIXe siècle la renommée du Saint-Bernard partout en Europe. Le légendaire “Barry” devint ainsi le prototype du chien de sauvetage. Les ancètres directs du chien du Mont Saint-Bernard ont été les grands chiens de ferme très répandus dans la région.

En quelques générations, par un élevage systématique dans le sens d’un type idéal recherché, la race actuelle fut créée. En 1867, Heinrich Schumacher de Holligen près de Berne fut le premier à établir des documents généalogiques pour ses chiens. Le livre des origines suisse fut ouvert en février 1884 ; le premier chien à être inscrit dans ce registre national fut le Saint-Bernard  “Léon” ; les 28 inscriptions suivantes concernent également des Saint-Bernard. Le club suisse du Saint-Bernard fut fondé à Bâle le 15 mars 1884. A l’occasion d’un congrès international de cynologie, le 2 juin 1887, le Saint-Bernard fut reconnu officiellement comme race d’origine suisse et le standard déclaré document faisant seul autorité ; depuis ce temps, le Saint-Bernard est considéré comme chien national suisse.